59 percent of medical students said they had sustained one or more needlestick injuries. Nearly half of them did not report their injury to an employee health office -- Johns Hopkins study, 2009

The Q Stat Safety Syringe can make a difference.

CE certification

ISO 13485 Certified

The 1ml, 3ml, 5ml and 10ml Q Stat retractable safety syringes all have CE certification and meet EU safety, health and environmental requirements.

Blessures par piqûre d’aiguille.

  • « Rien qu’aujourd'hui, plus de 2100 professionnels de santé subiront des blessures par piqûre d’aiguille » [Étude du National Institute Of Occupational Safety & Health, 1999]
  • Il y a eu 57 cas documentés de séroconversion VIH parmi des travailleurs de la santé
  • Le coût du suivi des blessures par piqûre d’aiguille aux États-Unis est d'environ 3000 $ par incident.
  • Le coût des suivis d’accident pour l’industrie de la santé aux États-Unis avoisine 1,2 milliards de dollars par an.
  • Le coût annuel du traitement des maladies contractées aux États-Unis s’élève à 1,8 milliards de dollars.
  • Au total, 3 milliards de dollars sont dépensés tous les ans aux États-Unis pour des blessures par piqûre d’aiguille.
  • Au Royaume-Uni, le nombre des cas recensés de blessure par piqûre d’aiguille a augmenté de 49% de 2002 à 2005 (Article du The Times), et est estimé, aujourd’hui, à plus de 100 000 cas par an.
  • Des milliers de membres du personnel hospitalier en Australie sont victimes de blessures par piqûre d’aiguille tous les ans et cette tendance est en augmentation.

Perspective législative globale

  • Les États-Unis ont déjà mis en place une législation du Département de la Médecine du Travail rendant obligatoire l’utilisation de la technologie d’injection de sécurité.
  • L’armée américaine s’apprête à changer de politique afin d’adopter les technologies de sécurité.
  • L’Espagne a entamé le processus rendant obligatoire l’utilisation de la technologie de sécurité dans un délai de 3 à 5 ans.
  • Une législation européenne est en préparation suite à un mouvement de protestation de la part des travailleurs de la santé inquiets du risque de contraction de pathologies transmises par le sang (Hépatite B, Hépatite C et VIH/Sida) résultant directement d’une blessure par piqûre d’aiguille.
  • Au Royaume-Uni, le Service national de la santé évalue toutes les technologies sécuritaires adéquates. La transition vers l’utilisation d’équipements de sécurité a débuté en 2006.
  • L’Australie et le Canada revoient leurs politiques et sont supposés rendre obligatoire l’utilisation des technologies sécuritaires d’ici 2 ou 3 ans.

Blessure par piqûre d’aiguille

Une blessure par piqûre d’aiguille est une blessure perçante habituellement causée par la pointe d’une aiguille, mais peut aussi être causée par d’autres instruments ou objets tranchants. Ces blessures, souvent souffertes par des personnes manipulant des aiguilles en milieu hospitalier, constituent un risque professionnel au sein de la communauté médicale. Ces évènements inquiètent à cause du risque de contamination par des maladies transmises par le sang, telles que l’hépatite B, l’hépatite C et le virus d’immunodéficience humaine (VIH) qui cause le Sida. Malgré le potentiel de contraction de maladies sérieuses ou mettant en danger la vie du malade, les blessures par piqûre d’aiguille sont négligées – la plupart restent non déclarées et le code CIM-10 n’est pas disponible. Néanmoins, depuis dix ans, les blessures par piqûre d’aiguille sont reconnues comme un risque professionnel et leur prévention fait désormais l'objet de réglementations visant à réduire et éliminer ces cas évitables.

Les blessures par piqûre d’aiguille sont fréquentes en milieu hospitalier. Lors de prises de sang, d’administration de médicaments par voie intramusculaire ou intraveineuse, ou d’autres procédures nécessitant l’utilisation d’objets tranchants, l’aiguille peut glisser et blesser les membres du personnel médical. Ceci prépare le terrain pour une transmission des virus de la personne source au receveur. Ces blessures arrivent aussi lors du rebouchage de l’aiguille et à cause du manquement à l’obligation de se débarrasser des aiguilles utilisées dans des poubelles réservées aux objets tranchants. De façon générale, les blessures par piqûre d’aiguille causent de légers saignements et des blessures peu visibles. Néanmoins, même en l’absence de saignement, le risque d’infection virale persiste. Les blessures par piqûre d’aiguille ne sont pas limitées au monde de la médecine ; tout environnement comportant l'utilisation de seringues (médecine vétérinaire, soins dentaires, recherche biologique, etc.) comporte un risque.

Fréquence

La fréquence de tels cas a été estimée à environ 800 000 rien qu’aux États-Unis (rapport datant de 1999). Une autre enquête estime que ces blessures touchent, au niveau mondial, environ 3,5 millions d'individus. Il est estimé que jusqu’à 50% des cas de blessure par piqûre d’aiguille ne font pas l’objet d’une déclaration étant donné que les travailleurs blessés ne prennent pas le temps de déclarer l'évènement, minimisent le risque ou craignent la stigmatisation et les conséquences professionnelles. Les blessures par piqûre d’aiguille peuvent avoir lieu non seulement avec des objets tranchants récemment contaminés, mais aussi, après un certain temps, avec des aiguilles creuses contenant du sang séché. Tandis que le degré de contagion du VIH ou du VHC baisse au-delà de deux ou trois heures, le VHB est stable pendant le dessiccation et reste contagieux pendant plus d’une semaine. Les blessures par piqûre d’aiguille concernent aussi, de manière significative, les travailleurs de la police. A San Diego, 30% de ces travailleurs ont déclaré avoir reçu ce genre de blessures typiquement lors des fouilles corporelles des suspects.

Risque

Les blessures par piqûre d’aiguille ont le potentiel de transmettre diverses bactéries, protozoaires, virus et prions mais, d’un point de vue pratique, le risque de transmission des virus de l’hépatite B et C et de celui de l’immunodéficience humaine (VIH) est le plus significatif. Il est estimé que 66 000 infections par le VHB, 16 000 infections par le VHC et 1000 infections par le VIH ont lieu tous les ans au niveau mondial. De plus, une telle blessure peut causer beaucoup de stress et d’anxiété à la personne blessée. Soigner une blessure par piqûre d’aiguille est coûteux, avoisinant les 3000 dollars sur le court-terme aux États-Unis.

Selon les estimations, une seule blessure par piqûre d’aiguille représente un risque de 300 infections par le VHB (30% de risque), 30 infections par le VHC (3% de risque) et 3 infections par le VIH (0.3% de risque) pour 1000 cas d’exposition à chacun d’eux.

Tandis que la majorité des blessures par piqûre d’aiguille a lieu quand la personne source n’est pas porteuse ni du VHB, ni du VHC, ni du VIH, et ne comporte donc pas de risque d'infection, ces cas génèrent, néanmoins, beaucoup de stress et d’anxiété. Ils marquent aussi un échec au niveau des protocoles et de la prévention.

Prévention

Les mesures préventives peuvent être prises à plusieurs niveaux et peuvent inclure la réduction ou l’élimination de l’utilisation d’objets tranchants autant que possible, les systèmes de sécurité intégrée (par ex : des aiguilles de sécurité), des contrôles administratifs y compris les formations et la fourniture de ressources adéquates, ainsi que les contrôles des pratiques opérationnelles ; ces dernières peuvent inclure l’utilisation d’instruments (et non des doigts) pour attraper les aiguilles, monter des scalpels et éviter le passage d’instruments tranchants d’une main à l’autre. Les progrès réalisés dans le domaine de l’ingénierie incluent la conception de seringues de sécurité et de démonteurs d’aiguilles. Le risque de blessure est réduit d’une manière considérable grâce au respect des protocoles « sans contact » qui éliminent tout contact direct avec les aiguilles lors de leur utilisation et leur élimination.

Certains pays ont adopté des législations visant à protéger les professionnels de la santé. Aux États-Unis, la Needlestick Safety Act et la Bloodborne Pathogens Standard furent signées en 2000 et 2001, respectivement. Ces règlements rendent obligatoire l’utilisation de systèmes de sécurité pour la manipulation d’objets tranchants ou d’aiguilles.

Liens externes

Éviter les blessures par piqûre d’aiguille en médecine,, Institut national de sécurité et de santé professionnelles (NIOSH)

Ce que tout travailleur doit savoir : Comment se protéger des blessures par piqûre d’aiguille, Institut national de sécurité et de santé professionnelles (NIOSH)

NIOSH, page dédiée aux infections transmises par le sang

Centre international pour la sécurité des travailleurs de la santé, Université de Virginie.